Planche d'ambiance de la ligne Boudoir inspirée de l'univers élégant & feutré de Marie-Antoinette & des brocard des alcôves secrètes

… Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées,
Où gît tout un fouillis de modes surannées,
Où les pastels plaintifs et les pâles Boucher,
Seuls, respirent l’odeur d’un flacon débouché …

Baudelaire, Les Fleurs du Mal

LE BOUDOIR

L’idée qu’on se fait communément des boudoirs n’est sans doute pas aussi bien fondée qu’on le croirait… faisons un petit saut dans le temps.

 

L’HISTOIRE DU BOUDOIR

Nous sommes au début du XVIII siècle en France. Jusqu’alors, les pièces des maisons n’étaient pas dédiées à une fonction particulière ; les salles à manger, cuisines, chambres… n’étaient pas encore vraiment définies. On devait dans la même pièce au cours d’une même journée, installer une table pour manger, puis retirer la table et agencer la pièce pour servir de lieu de réception, et bouger à nouveau les meubles pour transformer la pièce en chambre.
Pas très pratique, quand on sait que les grandes enseignes de meubles modulables en kit n’existaient pas encore 🙂
Mais désormais, une petite révolution architecturale se prépare : la distribution des pièces, qui va définir clairement le rôle de la chambre à coucher, la salle de bains, salle à manger… et dans ce petit chamboulement, naît un désir d’intimité ; la nécessité d’un espace ou l’occupant peut se retirer en toute tranquillité, pour vaquer à ses occupations personnelles… et ainsi, naît le boudoir.

 

L’ORIGINE DU MOT

L’origine du mot boudoir n’est pas certaine : l’idée d’une pièce où l’on se retire pour « bouder » est sans doute un peu trop simple. Il pourrait s’agir plutôt d’un rapprochement avec « boude » ou « boudie », qui signifiaient « nombril » et « ventre », ce qui suggère un lieu protecteur, intime. Mais cela pourrait provenir également du mot anglais « bower » désignant un cabinet privé.

 

LA DESCRIPTION DU BOUDOIR

Ainsi, le boudoir a pour vocation au début, d’être un lieu intime, créé à l’image du propriétaire, homme comme femme ! Et contrairement aux autres pièces qui se normalisent, il n’a pas de fonction définie ; il peut être parfois bibliothèque, cabinet de travail, cabinet de curiosités… on y trouve bien souvent une niche aménagée, dotée de miroirs, avec un lit de repos recouvert d’un tissu assorti aux rideaux des fenêtres.

 

DES STYLES DANS LEUR ÉPOQUE MAIS TRÈS DIVERSIFIÉS

Le boudoir est conçu avec un souci prononcé du confort, mais aussi du décor. Les styles de l’époque s’y expriment avec maestro ; l’influence de la nature y est très présente, avec les styles arabesque, rocaille, grotesque ; mais on y trouve aussi parfois l’exotisme du courant orientalisme ou de la Chine, et les symboles de l’amour à travers notamment des angelots, chérubins ou putti, Vénus et Cupidon. Dans tous les cas, il s’agit d’une pièce confortable et très richement décorée, garnie de meubles, de porcelaines, de tableaux, au goût de son propriétaire. Marie-Antoinette fut une ambassadrice des boudoirs ; grande amatrice, elle fit aménager le boudoir du petit Trianon, ainsi que le boudoir d’argent et le boudoir turc à Fontainebleau… qui fut très apprécié par la suite de l’impératrice Joséphine.

 

 

Boudoir Turc © RMN – château de Fontainebleau – Adrien Didierjean

UN RÔLE À RÉABILITER ?

Et puis peu à peu… le boudoir se féminise, et ce lieu vient nourrir les fantasmes masculins. Nombre d’œuvres littéraires de la seconde moitié du XVIIIe siècle dressent le portrait d’une pièce où l’on se livre à des jeux sexuels, on en vient à se le représenter comme un lieu de libertinage… si bien qu’au tournant du XIXe siècle, dans l’imagerie populaire, le boudoir devient le repaire de la courtisane. Aujourd’hui encore, on en garde l’image d’un lieu de frivolités, de mœurs légères, d’occupations superficielles…
Mais dans les faits, peu de boudoirs que l’on peut étudier aujourd’hui avaient cette destination licencieuse, et force est de constater que la majorité des boudoirs qui avaient cette destination étaient… conçus par des hommes, et que par ailleurs, la plupart des œuvres littéraires abordant cet aspect tendancieux du boudoir étaient aussi… écrites par des hommes!

 

L’INSPIRATION RES MIRUM

C’est en s’inspirant des textiles luxueusement ornementés ; tapis, tissus, brocarts, tapisseries et tentures… et des tableaux omniprésents, que Res Mirum a créé la ligne Boudoir. Ainsi, les bijoux de cette ligne reprennent les cadres des tableaux, aux formes parfois influencées par l’orient ou la chine, à l’intérieur desquels sont représentés des motifs de tapisseries aux motifs de pivoine, d’acanthe, de lys…

 

Sources :
https://chartes.hypotheses.org/5312
http://www.chartes.psl.eu/fr/positions-these/entre-piece-intime-espace-fantasme-formes-decor-usages-du-boudoir-1726-1802#content-chapter-16
https://www.fontainebleau-tourisme.com/fr/fiche/739359/boudoir-turc-de-marie-antoinette-et-josephine/
https://www.artsy.net/show/chateau-de-fontainebleau-the-turkish-boudoir
https://fr.wikipedia.org/wiki/Boudoir_(salon)

LES BIJOUX BOUDOIR

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour à la boutique

    Pin It on Pinterest

    Share This